[FILM ETAPE 2] Le prix de l’argent

Vous avez envie de gagner beaucoup, beaucoup d’argent ? C’est très simple. Il suffit d’aller vivre à Fort McMurray. Mais vous devez être prêt à tout sacrifier pour une vie entièrement consacrée au travail. A habiter dans une petite ville austère loin de tout, parmi des gens qui ne pensent qu’à bosser. Avec des hivers très rigoureux. Peu de loisirs. Quasiment pas de vie sociale. Et des fast food pour tout resto.

Discuter ? Ca faisait longtemps que Massoud n’avait plus discuté. C’est que si on décide d’aller vivre à Fort McMurray, ce n’est pas pour faire causette. On va là-bas pour travailler. Travailler, et faire de l’argent. Rien d’autre. Certains cumulent même plusieurs boulots.

La petite ville est très isolée. Mais les ressources pétrolifères semblent inépuisables. Or, pour extraire ce pétrole, il faut des gens. Et pour attirer des gens là-bas, il faut bien les payer. Ouvriers, comptables, cadres, cuisiniers, il y a du boulot pour tout le monde.

Massoud y a tenté sa chance il y a quatre ans. Arrivé sans rien, juste sa petite qualification de comptable, il a escaladé les échelons un à un pour gagner des sous avec des petits boulots, payer des formations complémentaires, et monter dans la hiérarchie. Il occupe aujourd’hui un fort beau poste.

Mais à quel prix ? Massoud a renoncé à toute vie sociale. Les rares distractions de Fort McMurray ne l’intéressent pas. Sa seule sortie, car il faut bien manger, ce sont les courses au supermarché.

Thème imposé : Festin
Lieu : Fort McMurray, Alberta, Canada
Mon état moral : 5/10
Hébergement : Chez un sympathique couple Couch Surfing, dans une banlieue « à la Wisteria Lane »…
Inspiration : Après bien des déboires avec mes pistes de sujets, j’ai opté pour faire le portrait de quelqu’un qui était un exemple de success story à Fort McMurray. Mais à travers lui, j’ai voulu aussi montrer le revers de la médaille: la ville est peu hospitalière, il y peu de loisirs ou de vie sociale, et on mange mal.


RESULTATS DU JURY
Bram Van Paesschen: 9,5/20
Un film qui passerait si les images étaient meilleures. ça manque d’une certaine vision et la voix off est trop explicative.

Micheline Lanctôt: 13/20
Touchant, excellent rapport avec le personnage qui perd la voix parce qu’il ne parle pas à personne. Mais le vide et le rien auraient pu passer davantage par les images que la voix off, lourde et convenue. Belle utilisation ironique du thème, que ce festin identitaire d’un bol de curry!

Laurent Lucas: 10/20
Le lieu et le personnage sont tous deux formidables, mais j’aurais aimé que tu ailles plus loin. Que tu presses plus le citron.

Note finale: 32,5/60

bee - Dim 12 oct 2008, 15:13
Ce n'est vraiment pas un festin que de vivre dans cette ville malgré que le film ne m'a pas vraiment fait ressentir d'ambiance particulière.

momo9cam - Jeu 9 oct 2008, 01:29
Serait ce les pollutions des sables bitumineux qui le font toussé comme un perdu. Il ne faut pas oublié que c'est le Harper's Country. Il a tellement raison de ne pas vouloir sortir.

Vince - Lun 6 oct 2008, 09:39
Massoud est un excellent protagoniste, le contexte l'est tout autant. Peut-être aurais-je aimé le voir déambuler dans sa journée type afin d'illustrer vos propos et de mieux ressentir ce sentiment de solitude. Bonne route...

sirenecanari - Lun 6 oct 2008, 05:38
bon sujet mais il manque des éléments pour bien apprécier, je reste un peu sur ma faim !!

Anne-Marie M. - Dim 5 oct 2008, 23:00
Touchant... Perdre la voix parce qu'on ne parle pas assez souvent... C'est triste. Bon sujet, Jean-Baptiste!

>> Suite: étape 3 – Réserve indienne des Têtes Plates

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *