Montage à Los Angeles

Charlotte, Guillaume, et leurs enfants Eliot et Sam, des amis belges d’un ami belge, vivent à Los Angeles. Ils m’ont offert de m’héberger quelque jours. Au départ, je pensais n’aller à Los Angeles que si je ne trouvais rien à faire dans la Vallée de la Mort, mais je me suis dit que c’était bête de passer à côté sans y aller. Même si c’est principalement pour faire du montage pendant quelques jours.

J’ai beaucoup apprécié mon petit séjour là-bas. C’était très intéressant de partager la vie d’une famille d’”expats”.

Mais aussi la vie d’une famille tout court, avec de jeunes enfants. Depuis quand ça ne m’était pas arrivé ? M’est-ce seulement déjà arrivé ? Beaucoup de souvenirs de mon enfance à moi ont refait surface là-bas. Ne fût-ce que la participation des enfants aux repas. Je me suis rappelé que quand j’étais petit, je faisais très bien la distinction entre les conversations “des grands”, auxquelles je ne comprenais rien, parce qu’ils utilisaient plein de mots que je ne comprenais pas, et les conversation avec les enfants, plus faciles à suivre… C’est bête, mais j’ai ainsi pris conscience pour la première fois que je suis aujourd’hui de l’autre côté de la barrière grands/petits. Et dire qu’il a fallu traverser l’océan et l’Amérique pour ça.

Comme chez moi avec mon père, Guillaume tient à certains principes comme les repas tous ensemble à table, où il faut bien se tenir, finir son assiette pour avoir du dessert… Je trouve ça beau.

L’histoire avant d’aller dormir… Quels moments privilégiés ! Quelle chance nous avons eu mon frère, ma soeur et moi, d’avoir aussi eu droit à une histoire tous les soirs pendant des années ! D’habitude, c’était maman qui nous lisait un livre. On se disputait chaque fois pour savoir dans la chambre du quel de nous trois on lirait l’histoire.

Plus exceptionnellement, c’était papa, mais alors il y mettait le paquet, il inventait de terribles histoires de crimes, de secrets, de prêtres véreux… On avait peur, mais qu’est-ce qu’on aimait ça !

Charlotte fait écouter Henri Dès à ses enfants, les mêmes chansons que quand j’étais petit, probablement les a-t-elle aussi écoutées à leur âge. C’est émouvant d’entendre ce petit univers musical si loin.

Charlotte, Sam et Elliot, en route vers l’école.

La vie là-bas est agréable. Un climat parfait, Venice Beach à quinze minutes à vélo (Venice Beach: des plages magnifiques avec une digue bordée de palmiers, sous lesquels il y a des centaines d’artistes et d’artisans plus incroyables les uns que les autres).

Il y a une communauté d’expatriés francophones assez importante, ce qui permet de tisser des liens peut-être plus forts que quand on fait partie du groupe majoritaire…

Guillaume et Charlotte suivent la campagne électorale avec grand intérêt. Depuis le début de mon voyage, je n’ai jamais autant entendu parler de politique. Charlotte dit qu’elle voudrait revenir en Belgique si c’était Mc Cain qui passait… Il semble que l’appartenance politique soit même marquée par quartiers.

Des événements politiques spontanés pas banals sont d’ailleurs organisés pas loin: des après-midis auxquels les convives viennent avec leur téléphone et un bottin, pour tenter de convaincre un maximum de personnes de voter pour Obama. Il semble que cela porte des fruits, même minimes: une grosse partie de la population est très mal renseignée sur les débats en cours et est prête à suivre le premier conseil venu.

Par ailleurs, contrairement à chez nous, il faut se décarcasser pour exercer le droit de vote. Il faut aller s’inscrire, apporter des attestations, remplir des formulaires. Des démarches que seule une partie de la population est prête à accomplir… Des gens d’une certaine éducation et d’un certain niveau de vie. D’où l’importance de convaincre ceux qui ne votent pas d’habitude d’aller voter, pour donner plus de chances à Obama. Depuis que je suis aux Etats-Unis, j’ai croisé à différents endroits, en rue, des étudiants qui proposaient d’aider à “register to vote”.

Je ne suis guère sorti de la maison pour visiter. Comme je le redoutais, avoir quelques jours d’avance, ça me fait travailler plus lentement au montage. Résultat: je fais en plus de quatre jours ce que j’aurais pu faire en deux…

J’ai quand même fait quelques tours à vélo. J’ai beau savoir à l’avance que cette ville est immense, ça reste impressionnant de tracer à vélo, tout droit pendant des kilomètres et des kilomètres, sans que le paysage change. Il faut même une heure et demie en bus pour aller de Venice Beach à Downtown où se trouve la gare Greyhound. Stressant, quand on est, comme moi, toujours sur le fil du rasoir pour les horaires ! Je veux prendre le bus jusqu’à Tijuana. Là, je prendrai l’avion pour Oaxaca où je compte faire mon film “auberge espagnole”. (On doit faire un film sur ce thème à un moment donné de Müvmédia, Hostelling International étant un sponsor).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *